Islande : chaud devant !

En Islande, le transporteur Jón og Margeir EHF participe à un projet géothermique ambitieux qui garantit que les habitants du pays disposent d'eau chaude pour le chauffage domestique. Ses Volvo FH équipés de grues d'une portée de 38 m se sont révélés très utiles pour transporter et installer les nouveaux pipelines.
Péninsule de Reykjanes

Entre champs de lave et énergie géothermique à profusion, la péninsule de Reykjanes présente des conditions très favorables à l'élaboration d'un réseau d'énergie verte et autonome.

« Pour nous autres Islandais, il est très important de réutiliser les ressources précieuses. C'est précisément ce que nous faisons ici », indique Margeir Jónsson alors que son Volvo FH16 650 approche du chantier situé aux abords du lac Kleifarvatn, le plus grand de la péninsule de Reykjanes. Située le long du rift qui sépare les deux continents, la péninsule de Reykjanes est un site unique en son genre où divers éléments comme l'énergie géothermique, les champs de lave et d'autres phénomènes naturels ont créé des conditions très favorables à l'élaboration d'un réseau d'énergie verte et autonome.

Margeir Jónsson

Margeir Jónsson, propriétaire de Jón og Margeir EHF, sur son lieu de prédilection : au volant de l'un de ses véhicules.

Margeir, 70 ans, travaille dans ce domaine depuis 1973, date à laquelle sa société de transport a commencé sa collaboration avec HS Orka, une entreprise spécialisée dans la construction de centrales géothermiques et la production d'électricité issue de la géothermie. Cette collaboration vieille de 44 ans s'accompagne d'une charge de travail constante, car 98 % des foyers islandais sont chauffés à l'eau chaude. Sur cette période, la société de Margeir a rempli des missions très différentes, de l'acheminement de grosses turbines à destination des centrales géothermiques au transport de canalisations et à la fourniture de biens de première nécessité.

« Nous entendons protéger la nature en Islande et la traitons toujours avec le plus grand soin. Notre contribution au projet énergétique de HS Orka nous a encore rapprochés de la nature, ce qui n'est pas pour déplaire à nos employés. Les paysages de la péninsule de Reykjanes sont grandioses, et les pistes que nous empruntons dans le cadre de ce projet traversent des zones uniques dominées par des champs de lave protégés par la loi », sourit Margeir. Il valide ses propos en se tournant vers le magnifique paysage qui s'étire par la vitre latérale de son véhicule alors qu'il se prépare à décharger. 

Déchargement des pipelines

Déchargement et installation précise des pipelines, certains en surface, d'autres enterrés.



Reykjanes est considéré comme un point chaud, même d'après les critères islandais. Il n'est pas nécessaire de creuser très profond pour atteindre une source d'eau très chaude sur quasiment toute la surface de cette péninsule du sud-ouest de l'île. L'installation des pipelines pour étendre les vastes infrastructures géothermiques du pays n'en demeure pas moins un travail de précision, car les pipelines doivent être installés exactement dans la bonne position, certains en surface et d'autres enterrés. Margeir a donc fait appel à son fils et partenaire commercial Jón Gunnar et à l'un de ses employés pour l'aider.

« De par son activité, HS Orka a besoin de construire de grands bâtiments et un réseau de pipelines. Nous sommes intervenus sur les chantiers de construction. Nos Volvo FH16 ont été très utiles pour gérer ces tâches spécifiques, car le chargement est souvent lourd. Nos grues mobiles ont joué un rôle tout aussi important », explique Margeir en supervisant le déchargement.

Installation des pipelines

L'un des nombreux pipelines que Jón og Margeir a contribué à construire pour le compte de HS Orka. Le réseau ne cesse de s'étendre.

L'ambiance qui règne au sein de l'entreprise est chaleureuse, ce qui n'a rien d'étonnant du fait que cinq des seize employés sont des membres de la famille. Le petit-fils de Margeir fait partie de l'équipe de conducteurs, si bien qu'actuellement trois générations travaillent dans l'entreprise familiale. 

Deux de ses fils travaillent également dans l'entreprise. L'un d'eux a même obtenu son permis de conduire alors qu'il n'avait que 18 ans, l'âge minimum en Islande. Résultat : la police l'arrêtait parfois pour contrôle des papiers, car on lui avait signalé qu'un enfant était au volant de l'un des poids lourds de l'entreprise.

« Nous avons le transport routier dans le sang ! Mon père était également conducteur. C'est pour ainsi dire dans l'ADN de toute la famille. Nous ne rechignons pas à la tâche et travaillons souvent plus de 10 heures par jour en moyenne. Pour autant, aucun jour ne se ressemble », précise Margeir.

Ses collègues et lui viennent de terminer leur intervention et se préparent pour la mission suivante : transporter une structure en béton préfabriqué. Maegeir gère une société de transport avec un parc de 16 véhicules dans un pays qui compte seulement 340 000 habitants. Il n'a d'autre choix que d'accepter tout type d'opération et d'être disponible à chaque instant. Le refus ne fait pas partie du vocabulaire de Jón og Margeir EHF. Outre HS Orka, l'entreprise compte parmi ses clients des entreprises de construction, des compagnies maritimes et des entreprises de revêtement routier. 

Nous avons le transport routier dans le sang ! Mon père était également conducteur. C'est pour ainsi dire dans l'ADN de toute la famille.

Margeir Jónsson

Transporteur

L'Islande étant une nation où la pêche est très présente et Grindavík, la ville où réside Margeir, étant un port de pêche, l'entreprise transporte également beaucoup de poissons. Les puissantes grues d'une portée de 38 m dont sont équipés ses camions sont idéales pour décharger les immenses filets de pêche commerciale depuis les embarcations difficiles d'accès.

« Les journées les plus dures ne sont pas celles que nous passons à installer des pipelines ou à participer à la construction de centrales électriques, mais plutôt celles où nous transportons du poisson sur de longues distances, à 400-500 km du port d'attache », prévient Margeir en précisant qu'en Islande, la météo peut se montrer très imprévisible. L'année dernière, cinq de ses véhicules ont été immobilisés pendant quatre jours à Djúpuvík dans l'est du pays, à cause du blizzard. Heureusement, le poisson ne s'est pas détérioré car les camions sont équipés d'un système de réfrigération de qualité.

 

Margeir Jónsson et ses fils

Margeir Jónsson avec ses fils Jón G Margeirsson et Árni V Margeirsson.

« Tous nos conducteurs doivent se tenir prêts à gérer des circonstances inhabituelles et à évaluer chaque situation avec soin. La patience est l'une des qualités dont nous devons tous faire preuve », rappelle Margeir alors qu'il s'apprête à rentrer chez lui après une nouvelle journée de 10 heures de travail. Il vient de fêter ses 70 ans, mais n'envisage à aucun instant de prendre sa retraite, même s'il confie de plus en plus la gestion de l'entreprise à son fils Jón Gunnar.

« Mon petit-fils prendra sans doute la relève en temps voulu. L'entreprise familiale aura alors été tenue par trois générations. J'espère qu'ils continueront d'exploiter des véhicules Volvo et qu'ils apprendront également à ne jamais dire "non" », conclut Margeir.

Jón og Margeir EHF

Propriétaires : Margeir Jónsson et son fils, Jón Gunnar Margeirsson.

Effectif : 16 employés et 14 conducteurs.

Histoire : entreprise fondée en 1992. Mais Margeir est conducteur depuis 1970 et a acheté son premier Volvo F86 en 1974.

Principaux clients : HS Orka, sociétés de pêche à Grindavík, entreprises de construction, entreprises de revêtement routier, compagnies maritimes.

Parc de véhicules : 11 Volvo FH16 et 3 Scania.

Véhicules Volvo : sur les 11 véhicules Volvo, 4 Volvo FH16 équipés de moteurs développant 540 à 750 ch. Sur ces 4 Volvo FH16, 2 sont équipés d'une grue.

Chargement : poisson, matériaux de construction, asphalte, conteneurs de fret.

Sur le même sujet

Avec les rapports super lents dans les forêts glacées

Des routes sinueuses, étroites et glacées et un poids total de 76 tonnes. Le transport de bois dans les forêts finlandaises met les conducteurs et les véhicules à rude épreuve. Mais avec la boîte de vitesses Volvo I-Shift à rapports super lents, Saku ...

Sur la « route » en Sibérie

Au cœur de la Sibérie, la faune est riche, mais les routes sont en mauvais état, voire parfois inexistantes. Ici, un Volvo FMX 6×6 aide Nikolai Goncharov à gagner sa vie sans compromettre sa sécurité....

Filtrer les articles

5 true 5